3 nouvelles tendances UX et leur impact sur les tests d’utilisabilité en 2019

Lars Kämpfer Lars Kämpfer
temps de lecture min.
Applause Blog Logo

Les tests UX conventionnels atteignent leurs limites. Une remise en question s'impose.

Internet des objets, maison intelligente, tablettes, objets personnels connectés ou smartphones : les possibilités d’utilisation des appareils mobiles dans notre vie quotidienne sont immenses. En nous accompagnant à chaque instant, les applications digitales sont devenues un élément indispensable de la vie quotidienne de chaque utilisateur. Leurs capacités et leur confort d’utilisation évoluant rapidement, les exigences des utilisateurs en matière de fonctionnalités, de matériel mais également de fonctionnement opérationnel et de qualité du design deviennent plus élevées.

D’un point de vue UX, l’interface utilisateur est particulièrement importante, car elle permet à l’utilisateur (dans le meilleur des cas) de profiter d’un produit qui a été conçu pour répondre précisément à ses préférences individuelles et développé pour lui :

Lorsqu’une interface utilisateur est parfaite, nous n’y faisons pas attention... Mais une mauvaise expérience utilisateur génère de la frustration, de l’impatience et même de la colère – et nous nous souviendrons de cette expérience négative pendant un long moment.
Justin Mifsud

Malgré la diversité des marchés européens en termes de secteurs, tailles et modèles d’entreprises, nous avons constaté chez Applause que nos clients UX européens ont des problématiques et des questions similaires. Dans cet article, je propose donc d’évoquer trois tendances clés qui ont un impact significatif sur les demandes de nos clients et par conséquent sur les tests UX que nous menons à travers l’Europe.

  1. Les tests UX qui ne différencient pas clairement les versions mobile et bureau sont incomplets
  2. Les attentes des utilisateurs évoluent avec l’essor des expériences utilisateur individuelles et personnalisées
  3. Les assistants vocaux sont en train de révolutionner l’interface utilisateur conventionnelle

Je propose donc d’expliquer quels sont les défis que ces trois tendances posent aux entreprises en matière de tests d’utilisabilité. J’évoquerai par ailleurs comment les tests d’utilisabilité peuvent aider les entreprises à tirer parti de ces tendances pour intégrer les préférences et les souhaits des clients dès la phase de développement du produit.

femme-utilise-smartphone

1. Les tests d’utilisabilité qui ne différencient pas clairement les versions mobile et bureau sont incomplets

D’après statista.com, le mobile génère un tiers de la totalité du trafic Internet en Europe. L’année dernière, pour la première fois, le nombre de sites web mobiles lancés dans le monde a dépassé le nombre de sites web classiques. Cette tendance devrait se renforcer dans les années à venir. Des concepts de développement tels que le « mobile first » ou la hausse des tests d’utilisabilité orientés mobile indiquent clairement que la priorité est maintenant à l’expérience utilisateur sur ce support. Mais que signifie concrètement « mobile first » pour les tests d’utilisabilité mobile ?

Les tests d’utilisabilité n’ont plus vocation par ailleurs à simplement vérifier la simplicité d’utilisation et de compréhension des produits en général, mais s’intéressent de plus en plus aux différences d’utilisation d’une app mobile par rapport à une version bureau. Nous constatons de manière récurrente que nos clients recherchent non seulement une évaluation globale, mais aussi des analyses qui différencient ces deux types de support. Cette vue différenciée est la seule manière d’apporter des améliorations précises à un produit, d’adapter son fonctionnement et d’appréhender réellement toutes les facettes de l’expérience utilisateur.

Des différences fondamentales entre les applications mobiles ou bureau apparaissent clairement sur des aspects tels que l’intention utilisateur, le contexte d’utilisation et les formes d’interaction : à l’inverse des applications de bureau, les applications mobiles sont souvent utilisées dans un environnement chaotique et source de distraction. Dans ce contexte, les utilisateurs mobiles recherchent une information spécifique de manière plus ciblée et tendent à avoir moins de temps et de patience pour une recherche longue.


Découvrez aussi : Quelles sont les réelles attentes des utilisateurs d'apps mobiles ?


Les modes d’utilisation et d’interaction avec l’appareil varient tellement du mobile (écrans tactiles, voix, mouvements tels que pour Google Maps) à l’ordinateur (souris, clavier et voix) que des analyses et tests UX différenciés sont indispensables pour garantir une expérience utilisateur de qualité sur les deux types d’appareils. Par ailleurs, en raison d’une taille d’écran bien plus réduite, le contenu affiché sur mobile doit être hiérarchisé de manière différente que sur une application bureau. Les allers-retours fréquents des utilisateurs de l’un à l’autre font également de la cohérence un critère qualité important pour une expérience utilisateur optimale.

Toutes ces différences et exigences spécifiques aux utilisations mobile ou bureau nécessitent des tests d’utilisabilité étendus et différenciés.

personnes-utilisent-smartphones-metro

2. Les attentes des utilisateurs évoluent avec l’essor des expériences utilisateur individuelles et personnalisées

Résultats personnalisés sur Google, suggestions de films ou musiques sur Netflix et Spotify : les utilisateurs d’aujourd’hui sont habitués à voir du contenu digital qui répond à leur souhaits et leurs centres d’intérêt. Assez logiquement, ils s’attendent donc à un contenu individualisé et personnalisé sur tous les produits digitaux avec lesquels ils interagissent. Cette tendance a été facilement démontrée lors d’un test UX que nous avons réalisé pour une plateforme de vidéos en ligne (similaire à YouTube), où nos testeurs s’attendaient par défaut à ce que le contenu proposé soit personnalisé en fonction des préférences personnelles des utilisateurs.


Découvrez aussi : 5 bonnes pratiques UX pour générer de l'engagement client


Cette attente ajoute une nouvelle facette aux tests d’utilisabilité : l’expérience utilisateur n’est plus définie par des facteurs clairement observables tels que l’ergonomie de la plateforme, la simplicité de compréhension de l’interface, etc. Les tests UX doivent maintenant prendre en compte des facteurs tels que l’adéquation du contenu proposé aux attentes des utilisateurs. Le périmètre des tests s’élargit ainsi pour passer de la simple utilisabilité à une vérification des attentes et intérêts des utilisateurs.

Pour les marques, voici ce que cela signifie concrètement : que le produit soit encore en développement ou en cours de test, chaque stratégie de personnalisation de produits digitaux commence par une compréhension fondamentale des besoins des utilisateurs, que seules des données fiables sur les utilisateurs peuvent permettre d’obtenir.

assistant-vocal

3. Les assistants vocaux tels que Siri, Alexa, Cortana ou l’Assistant Google sont en train de révolutionner l’interface utilisateur traditionnelle.

Si les tests d’utilisabilité testent les interactions des utilisateurs avec l’interface existante, alors des prérequis similaires existent à la fois pour les appareils mobile et bureau, car les utilisateurs interagissent avec un écran dans les deux cas.

Les assistants vocaux tels que Siri, Alexa, Cortana ou l’Assistant Google, en revanche, apportent avec eux une toute nouvelle forme d’interface qui se passe entièrement d’écran ou d’instrument de saisie. Avec ces assistants, l’évaluation de l’utilisabilité est confrontée à de nouveaux défis : fes facteurs tels que le bruit de fond, la prononciation, les dialectes, etc. rendent les instructions des utilisateurs bien plus aléatoires et difficiles à analyser.

Il est donc d’autant plus important de réaliser des tests d’utilisabilité approfondis. D’une part, les questions posées lors des tests doivent prendre en compte la plus grande variabilité des instructions possibles et donner aux utilisateurs l’opportunité d’émettre des requêtes aussi naturelles que possible. D’autre part, il est nécessaire d’envisager la collecte de données différemment. Si les questionnaires et autres copies d’écran associées représentent la méthode classique de test, les enregistrements audio sont ici particulièrement importants car sans eux il n’y aurait aucune analyse possible d’une quelconque interaction. Chez Applause, nous considérons aussi qu’ils sont également particulièrement utiles lors des tests de skills Alexa, nous permettant de reproduire et évaluer les processus exacts qui ont lieu lors des interactions.

Quelles implications pour mon entreprise, et que peut faire Applause pour m’aider ?

Chacune des trois tendances présentées a des conséquences pour les marques et les produits digitaux, et remet en question les méthodes et pratiques traditionnelles de testing. Chez Applause, nous avons déjà tiré parti de ces tendances en développant nos solutions de testing en conséquence. Pour les tests d’assistants vocaux, tout particulièrement les skills Alexa, nous avons récemment commencé à collaborer avec Amazon, ce qui est un véritable atout pour nombre de nos clients.


Si vous voulez en savoir plus sur la manière dont réalisons des tests d’utilisabilité, consultez notre ebook ci-dessous, vous y trouverez les réponses à ces questions :

Comment se passe habituellement un test d’utilisabilité ?

Quelles sont les différentes possibilités en matière de test d’utilisabilité ?

Quels sont les acteurs généralement concernés par l’exécution d’un test ?

Combien de temps faut-il attendre avant d’obtenir les premiers résultats ?

La méthode Applause pour répondre aux défis UX

Ebook

Découvrez comment Applause peut vous aider à tester l'utilisabilité de vos apps et logiciels, grâce à une approche complète et axée sur les besoins de vos utilisateurs.

Lire la suite
Applause Circle Logo