QA Lounge

Les obstacles au testing en mode agile : mythe et réalité

Scott Siegler • 25 janvier 2018

« Avec des approches telles que le développement par les tests et le développement par les tests client, les entreprises reconnaissent à présent que les tests doivent plutôt se faire au volant que depuis le siège passager. » - KPMG

Malgré la popularité croissante du développement agile, la mise en œuvre efficace de ce processus reste encore très rare. Ce défaut est avant tout dû à des tests inefficaces.

Pour des raisons diverses, les tests ont eu du mal à suivre le rythme rapide et itératif imposé par le développement. On pourrait penser que la nature même de l’agile relègue les tests au second plan. Mais lorsque l’on se penche sur les principaux obstacles cités, on se rend compte qu’il n’en est rien.

« Il faudrait plus de temps. »

D’après le World Quality Report 2017 de Capgemini, le nombre d’entreprises qui déclarent manquer de temps pour tester leurs applications mobiles a augmenté ces trois dernières années, pour passer de 36 % en 2015 à 52 % en 2017.

Les exigences de test lors d’un projet agile peuvent sembler trop nombreuses pour qu’on puisse toutes les traiter, mais faire l’impasse risque de vous coûter encore plus cher. Une régression automatisée et un test exploratoire à la fin de chaque sprint vous permettront de détecter et résoudre en amont un certain nombre d’erreurs, qui pourraient sans cela vous coûter chacune 20 heures de corrections dans le stress et dans l’urgence.

Vous n’avez peut-être pas le temps de tester. Mais vous avez encore moins le temps de ne pas tester.

« Ça coûte trop cher. »

La croyance qui veut que des tests moins fréquents génèrent moins de coût humain et permettent ainsi de faire des économies sur le long terme est en réalité infondée.

Les régressions automatisées et tests exploratoires peuvent être réalisés moyennant une dépense salariale minime.

En revanche, le coût des correctifs est estimé par les développeurs américains à 250 000 dollars en moyenne par bug.

Effectuer des tests de manière régulière tout au long du cycle de développement en y affectant un peu de temps lors de chaque sprint vous évitera d’être réduit à faire des économies de bouts de chandelle au moment du lancement.

« Il y a trop de changements inattendus. »

Si ce ne sont ni le temps ni l’argent qui posent problème, alors il se peut que des anomalies imprévues et inattendues vous aient empêché d’effectuer des tests aussi souvent que vous l’auriez souhaité.

Il est dans la nature humaine d’envisager l’avenir avec optimisme, mais ne laissez pas cette propension naturelle ruiner vos efforts en matière d’assurance qualité.

Le principe même de la méthode agile est l’adaptation au changement, aussi vérifiez que cette souplesse se retrouve bien dans vos plans de tests. Les échéances bougent, les technologies changent et les attentes des clients sont une cible en perpétuel mouvement. Prévoyez l’inattendu : il s’est déjà produit et il se reproduira.

Les développeurs qui avaient le sentiment que leurs entreprises avaient prévu suffisamment de temps pour des tests en amont ont déclaré passer deux fois moins de temps à corriger des bugs plus tard dans le cycle de développement.

Prêt à apprendre comment le crowdtesting peut vous aider à surmonter ces obstacles ?

DÉCOUVREZ NOTRE WEBINAIRE AVEC DOW JONES : COMMENT GARANTIR UNE INGÉNIERIE DE QUALITÉ

REGARDER

Crowdtesting 101

Découvrez pourquoi un nouveau modèle d’assurance qualité est essentiel pour répondre aux besoins du monde digital

Lire la suite